Philippe Val


Malgré

Philippe Val

: la presse gratuite et internet
TF1 est donc entré à 34,3% dans le capital du gratuit « METRO »...
Et

Philippe Val

a saisi l’occasion pour s’autoproclamer aussi leader de la croisade anti presse gratuite :
« le jour où toute la presse sera gratuite, la corruption et la collusion avec le pouvoir politique seront multipliés par cent... »
L’ironique de la diatribe, c’est qu’elle est proclamée au micro de France-Inter, média gratuit, public (sa chronique du lundi, le 22 septembre 203).

AUSSI leader de la croisade anti presse :
Internet étant l’autre cible régulière anti-changement.
«Qui est prêt à dépenser de l'argent à fonds perdus pour avoir son petit site personnel ? Des tarés, des maniaques, des fanatiques, des mégalomanes, des paranoïaques, des nazis, des délateurs qui trouvent là un moyen de diffuser mondialement leurs délires, ou leur haine, ou leurs obsessions.»

Philippe Val

, Charlie Hebdo, 17 janvier 2001.

Mais revenons à la presse gratuite « papier» ; son raisonnement : la presse gratuite sera au service des puissants, dont elle captera la publicité et ainsi elle va prospérer tandis que le presse traditionnelle verra fondre ses ressources publicitaires... et disparaîtra...
Ainsi, avant « la presse gratuite » et internet, TOUT ALLAIT POUR LE MIEUX DANS LES MEDIAS ?
Certains publicitaires n’avaient pas déjà amadoué certains médias ?
N’en déplaise à

Philippe Val

, internet et la presse gratuite s’engouffrent dans une brèche béante née du manque de crédibilité des médias (fait significatif : durant la guerre en Irak, les américains préféraient le site de Kevin Sites, consultant en Irak, plutôt que l’écouter sur CNN où il s’exprimait moins librement...)

« La presse gratuite » et internet sont aussi une chance pour de nombreux acteurs économiques (dont l’artistique), bloqués dans leurs envies publicitaires par des tarifs prohibitifs.

Il est toujours facile de chercher des bouc-émissaires, « la presse gratuite » et internet en sont, pour des médias dont le véritable défi est de démontrer qu’ils sont à la hauteur du prix demandé (j’ai ainsi arrêté d’acheter Charlie Hebdo, quand le rapport qualité prix m’est apparu inacceptable, par le systématique et la redondance).

La presse Française, dans son ensemble (quelques exceptions) est effectivement en périlleuse situation: son audience est dérisoire et un jour les publicitaires s’apercevront sûrement qu’il serait plus intéressant de communiquer ailleurs...
Pourquoi la presse française a une si faible audience (200 000 – 300 000 exemplaires étant un exploit quand des collègues britanniques dépassent le million d’exemplaires) ? Les raisons les plus visibles : le mimétisme général, cette propension du plus grand nombre à suivre les titres des médias leaders (TF1 et Le Monde), le prix, le doute sur l’indépendance des journalistes... indépendance vis-à-vis des publicitaires mais aussi des lobbies, sommités, copains, d’un microcosme, du désir de plaire en caressant dans le sens de la démagogie...

Philippe Val

apparaît, dans ces deux combats, aveuglé par une propension à la dramatisation sûrement consécutive à une difficulté à saisir les mutations en cours : ni la télé, ni la presse papier payante, ni la presse papier gratuite ni internet n’ont vocation à étouffer leurs « collègues »... vouloir réduire le droit à l’expression aux « journalistes accrédités » ... est un grand changement chez

Philippe Val

!... Merci Internet pour ce document

Philippe Val

– 1978 :
« Il faut que l'on prenne nos affaires en main, qu'on lutte pour être informé. Il faut que l'on apprenne à dire non à ce qui nous est imposé d'avance, qu'on apprenne à apprendre, qu'on se décide à faire la seule révolution valable, pas celle qui sacrifie la liberté à la cause [...] La révolution dont je parle, elle est peut-être déjà en marche. C'est celle de l'intelligence, de la créativité et de la conscience... ».

J’adhère sans réserve à cette profession de foi...
Mais

Philippe Val

, 25 ans plus tard est dans la situation de l’installé qui tient à ses préséances... est prêt à sacrifier la liberté à sa chapelle... et comme certains veulent plaire aux publicitaires, certains veulent plaire à

Philippe Val

en ne lui renvoyant pas à la tronche ses incohérences (oui il existe des sites litigieux (p)s, négationnistes, crétins... mais internet n’a inventé ni la pédophilie ni le négationnisme ni la crétinerie... internet qui permet même d’appréhender plus rapidement des hors-la-loi... quand ils ne sont pas hébergés dans des pays qui refusent toute coopération avec la justice des pays démocrates... d’où l’urgence d’un pouvoir étendu de l’ONU... on en revient souvent à cette nécessaire mondialisation de la justice ...)

Qui se couchera devant des publicitaires ?
Ce mois-ci, encore !, un annonceur a désactivé www.ternoise.net de son programme d'affiliation : et oui, je critique (en le comparant à www.acommeamour.com totalement gratuit) le site de rencontres gratuites qui se veut leader en France, où l’inscription est gratuite mais la mise en contact payante...

Tant pis !, je ne cherche pas à plaire plus aux publicitaires qu’à

Philippe Val

(même depuis que Liliane Roudière est assistante de rédaction Charlie Hebdo et de son rédacteur en chef... Liliane Roudière, parfois croisée, du temps où elle s’occupait d’artistes ou écrivait dans Music Info Hebdo - sous Liliane Druliolle)...

Il est quand même surprenant que

Philippe Val

n’ait pas compris le potentiel d’internet... et le défi de la presse gratuite... (comme les fanzines, dont le développement est nettement plus intéressant que les affaires de diversifications à TF1)
La gratuité de la presse est une possibilité et internet une opportunité pour qui a soif d’indépendance... dans un monde où des journaliste savent encore DIRE NON... récemment une centaine ont démissionné, utilisé la clause de conscience, quand le groupe du Figaro a repris LA VOIX DU NORD...

Bonnes réflexions...

Stéphane TERNOISE BR> extrait DE :
Abonnement au www.leWebzineGratuit.com, mensuel gratuit et sans pub du réseau ternoise.net
Plus de 16 000 abonnés en AOUT 2003 ; THEMES : chanson, édition, littérature, actualité, internet, le gratuit
Votre adresse e-mail